Perte de cheveux (alopécie) et chute de cheveux chez l’homme et la femme

Perte de cheveux et chute de cheveux chez l’homme et la femme

La perte ou la chute de ses cheveux est un phénomène naturel et quotidien que l’on soit un homme ou une femme. Il y a cependant des moments au cours de notre vie où ces pertes sont plus élevées que la normale. Ces pertes de cheveux aiguës, qu’elles soient progressives ou soudaines, sont définies sous un même terme médical : l’alopécie. Elles sont liées à des facteurs qui diffèrent selon le sexe et l’âge de la personne concernée. Il est important d’identifier ces causes le plus tôt possible afin de s’orienter vers un traitement ciblé.

Mes cheveux tombent, est-ce normal ?

Nous avons en moyenne entre 100 000 et 150 000 cheveux sur la tête et nous perdons en moyenne entre 60 et 100 cheveux par jour et cela est normal.

Si ce chiffre augmente sur une période prolongée (2 mois environ), on peut considérer que l’on souffre d’une chute de cheveux anormale qui peut être liée à différents facteurs.

Dans ces cas-là, on parle d’alopécie. C’est le terme médical utilisé pour désigner une accélération de la chute des cheveux. Celle-ci peut être diffuse et toucher l’ensemble de la chevelure ou localisée à certains endroits. Selon les causes, cette chute de cheveux pourra être brutale ou progressive.

L’Alopécie (Perte de cheveux) : différents types et causes

L’alopécie androgénétique couramment appelée calvitie

L’alopécie androgénétique est la chute de cheveux la plus répandue, que cela soit chez les hommes ou les femmes. Les personnes de type caucasien sont plus touchées par la calvitie comparée aux personnes d’origine asiatique, africaine ou amérindienne.

Alopécie androgénétique chez l'homme

Chez l’homme

C’est le type d’alopécie le plus répandu et surtout chez les hommes, elle représente 97 % des cas selon le centre Clauderer.

Il s’agit d’une chute de cheveux localisée, souvent liée à des facteurs héréditaires qui peut se manifester dès l’adolescence. Elle se caractérise par un dégarnissement en haut du front et sur le sommet de la tête.

Chez la femme

Bien que moins répandue, la calvitie — dite féminine — peut également toucher les femmes lors de bouleversement hormonal : puberté, grossesse et surtout après la ménopause, période à laquelle la production d’hormones féminines est en baisse.

Chez la femme, cette alopécie se manifeste généralement par un affinement des cheveux et par une chute diffuse localisée sur le haut du crane, la raie centrale devenant progressivement plus large. L’arrière de la tête (vertex) peut également être touché tout comme les tempes. Il est vraiment très rare que la chute de cheveux se produise sur le devant de la tête.

Les causes de l’alopécie androgénétique

Que cela soit chez l’homme ou la femme, l’alopécie androgénétique est liée à une extrême sensibilité aux androgènes qui ne sont autres que des hormones mâles, la principale étant la testostérone. Ce trouble hormonal est local et souvent héréditaire.

Le semeur de trouble est très précisément la dihydrotestostérone (DHT), une hormone locale issue de la testostérone, qui déséquilibre le cycle de vie du cheveu en l’accélérant. Progressivement, les cheveux s’affinent, se raccourcissent jusqu’au moment où les follicules pileux cessent de fonctionner, d’où l’absence de nouveaux cheveux à ce stade-là.

L’alopécie cicatricielle

L’alopécie cicatricielle est une forme sévère d’alopécie, souvent irréversible. Elle est provoquée par des lésions et infections du cuir chevelu qui détruisent définitivement les follicules pileux. Celles-ci entrainent donc une chute de cheveux sur la zone concernée qui ne sera pas suivie de repousse. Ces zones deviennent totalement dénudées de cheveux, le crâne est alors visible avec un aspect lisse et brillant.

Les causes des alopécies cicatricielles sont multiples et peuvent être liées à :

  • Des inflammations touchant le cuir chevelu telles que le lupus, le lichen plan, folliculite, la syphilis, le zona, la teigne. Bien que rare, il s’agit de la cause la plus courante d’alopécie cicatricielle.Il est très important de détecter ces maladies le plus tôt possible afin d’essayer de stopper leurs évolutions ainsi que la chute des cheveux.
  • Des tumeurs ou cancers
  • Des agressions extérieures : brûlure grave, rayon X.
L’alopécie en plaque ou pelade

L’alopécie en plaque ou pelade

La pelade est une chute soudaine des poils et cheveux sur certaines zones du corps.

Elle se manifeste souvent suite à un choc émotionnel ou elle peut être liée à une réaction auto-immune.

Pour obtenir plus de détails sur les causes, les symptômes et les traitements possibles, vous pouvez consulter notre article à ce sujet.

L’alopécie congénitale

Plutôt rare, l’alopécie congénitale touche les femmes et les garçons dès leur plus jeune âge. Elle est causée par la mutation d’un gène provoquant une anomalie de la tige capillaire.

L’effluvium télogène

Il s’agit d’une chute abondante soudaine et temporaire de cheveux en phase télogène (période pendant laquelle les cheveux morts sont prêts à tomber) provoquée par un changement physiologique perturbant le cycle de vie du cheveu. Jusqu’à 30 % des cheveux rentrent en phase de repos, de manière prématurée, avant de tomber.

Cette chute peut intervenir suite à :

  • un choc émotionnel et/ou physique
  • une grosse montée de fièvre prolongée
  • une grossesse, fausse couche ou IVG (article en cours de publication) (alopécie post-partum)
  • ​à la suite d’une opération chirurgicale
  • après une perte de poids conséquente

Ce type de chute n’est pas localisé et intervient sur l’ensemble la chevelure.

Rassurez-vous, bien qu’impressionnant, cela est vraiment temporaire et ne dure pas plus de 3-4 mois. Par ailleurs, vos cheveux repousseront sans problème.

Si au bout de plusieurs mois vos cheveux ne repoussent, c’est surement une autre cause (ou un cumul) qui a provoqué cette chute de cheveux.

Les autres cas de chute de cheveux

D’autres causes peuvent également provoquer une chute de cheveux :

  • Des carences en vitamines et minéraux (fer, cuivre, zinc, silicium, vitamines B) qui peuvent être rapidement comblées avec des compléments alimentaires. Il est nécessaire de faire un bilan sanguin avant de commencer une cure.
  • Un déséquilibre hormonal (thyroïde par exemple) que votre médecin peut détecter également via un bilan sanguin.
  • Le diabète
  • La radiothérapie ou chimiothérapie. La perte de cheveux liée à la chimio peut être minimisée via un casque réfrigérant.
  • La prise de certains médicaments – Si cela vous concerne, changez de traitement dans la mesure du possible.
  • Des coiffures trop lourdes ou trop serrées qui provoquent une alopécie dite de traction.Les racines des cheveux sont ainsi tirées en dehors des follicules pileux. Sur ces zones, qui peuvent être irritées, les repousses s’affinent et le cuir chevelu devient clairsemé.Les coiffures à éviter sont les dreadlocks, les tresses, les tissages et les extensions surtout sur des cheveux défrisés donc déjà très fragilisés.
  • Les chutes de cheveux saisonnières qui interviennent en fin d’été et début de printemps. Elles durent généralement un bon mois et demi.
  • Les infections du cuir chevelu liées à la prolifération de champignons qui peuvent étouffer le cuir chevelu et provoquer la chute des cheveux (dermite séborrhéique par exemple).
Chute de cheveux chez la femme

Prévenir la perte de cheveux

Il n’existe pas de formule miracle pour empêcher l’alopécie, en revanche il y a certaines habitudes que vous pouvez mettre en place qui auront un impact sur la vitalité de vos cheveux :

  • Optez pour une alimentation la plus équilibrée possible qui vous apportera tous les apports nécessaires en vitamines et minéraux (article en cours de publication). Si vous pensez avoir des carences nutritionnelles liées à votre régime alimentaire (à déterminer avec un médecin), n’hésitez pas à intégrer un complément alimentaire.
  • Évitez au maximum d’utiliser des produits capillaires contenant des substances qui agressent le cuir chevelu et les cheveux telles que le sulfate, l’alcool, le silicone, les cires, les huiles non naturelles.
  • ​Dans la même logique, n’abusez pas des colorations, lissage, défrisage. Ce sont des traitements chimiques très agressifs pour les cheveux. Rangez également tous vos appareils chauffants : plaques chauffantes, fer à boucler, sèche-cheveux.
  • Éviter les coiffures très tirées et serrées, ainsi que les élastiques avec des parties en fer.
  • ​Si vous êtes sujet aux pellicules, à un excès de sébum ou des démangeaisons, traitez ces problèmes dès l’apparition des premiers signes. Cela permet d’éviter que la situation empire et que des infections cutanées se développent.
  • Si vous êtes de nature stressée, trouvez un moyen de vous détendre (relaxation, méditation, yoga, homéopathie), car le stress contribue à augmenter la production d’androgènes.
  • Choisissez un contraceptif adap, certaines pilules peuvent perturber le cycle de vie du cheveu.
  • Agissez vite : dès lors que vous observez une perte de cheveux anormale, consultez un médecin qui vous aidera à en déterminer la cause et vous orientera vers un traitement adéquat.

Les traitements et alternatives contre la perte de cheveux

Dans le cas d’effluvium télogène (chute soudaine et abondante), il n’y a pas vraiment de traitements efficaces dans la mesure où la chute est difficile à anticiper et que la situation se rétablit naturellement.

Au moment de la repousse, vous pouvez cependant soutenir la croissance de vos cheveux grâce à des compléments alimentaires.

Dans les cas particuliers d’alopécie saisonnière et post-partum (accouchement), vous avez la possibilité d’anticiper cette chute en prenant également des compléments alimentaires en amont de la chute. Pour les chutes de cheveux saisonnières, vous pouvez par exemple débuter une cure en et une autre en août.

Perte de cheveux chez l'homme

Les traitements médicaux & chirurgicaux

Les médicaments

Dans le cas de calvitie (alopécie androgénétique), il existe sur le marché une poignée de médicaments pouvant freiner la pousse des cheveux et stimuler la repousse.

Les plus connus sont le minoxidil (deux dosages existants) et la finastéride (pour les hommes seulement).

Ces deux traitements se prennent à vie dans la mesure où si vous les arrêtez, tous vos cheveux retomberont.

Je vous invite à consulter notre article sur le sujet (article en cours de publication) où nous vous donnons des informations détaillées notamment les contre-indications.

La prise de ces médicaments doit être encadrée par un médecin surtout pour la finastéride.

Les femmes souffrant de calvitie peuvent se tourner vers certaines pilules contraceptives qui permettent d’enrayer la chute. Consultez votre gynécologue pour obtenir des conseils personnalisés.

La greffe de cheveux

La greffe de cheveux peut être une solution durable au problème de chute de cheveux. C’est un acte chirurgical couteux et qui ne doit pas être pris à la légère. Si cette option vous intéresse, vous pouvez lire notre article sur la greffe de cheveux.

Les techniques de camouflage

Pour les personnes souhaitant se tourner vers des solutions plus naturelles ou pour celles qui cherchent à camoufler leur chute de cheveux en attendant qu’ils repoussent, voici une liste d’alternatives très utiles :

  • Les foulards, casquettes, bérets
  • Les perruques ou prothèses capillaires. Je vous recommande notre article sur la pelade dans lequel nous vous conseillons quelques boutiques. (article en cours de publication)
  • Les poudres densifiantes, voir notre article sur le sujet. (article en cours de publication)
À propos de l’auteur

Mathieu

Auteur et Rédacteur en chef sur A Un Cheveu